Les Workshops de Nicolas Croce

Ensemble, sur le terrain, avec un groupe restreint d'élèves.

Lors d’un workshop, c’est vous qui êtes au centre de l’action. Vous réalisez des exercices, vous prenez des photos, vous posez des questions, vous échangez et discutez avec d’autres photographes passionnées…

Contrairement à un livre ou à une formation en ligne axée sur de la théorie, un workshop est basé sur de la pratique. On est sur le terrain, c’est du concret, et vous mettez immédiatement en pratique ce que vous apprenez — inutile de vous dire que vos progrès seront bien plus rapides.

De mon côté, je suis là pour vous guider, pour répondre à vos questions, et adapter en permanence mes conseils à votre niveau et à vos difficultés spécifiques — le nombre de participants à chaque workshop est volontairement limité pour me le permettre.

Vous apprendrez vite et bien.

Pour améliorer votre technique…

Dans la rue, vous serez confronté à deux problèmes majeurs :

Le premier, c’est la vitesse. Dans la rue, tout va vite, et pour réussir vos photos, pour saisir l’instant décisif, vous devez être attentif, toujours prêt, et extrêmement rapide.

Le second, c’est les conditions lumineuses changeantes. Dans la rue, vous ne contrôlez pas votre éclairage, et vous devez faire avec la lumière à votre disposition. En vous promenant, vous pouvez passer d’un endroit très lumineux — une place ensoleillée — à un endroit très sombre — l’intérieur d’un bar peu éclairé —, et vous devez être capable de vous adapter rapidement. Vous aurez également à gérer les forts contrastes, qui sont monnaie courante dans la rue, et représentent un vrai challenge pour les photographes.

Au cours du workshop, vous apprendrez à régler votre appareil pour répondre à ces contraintes. À la fin du week-end, vous serez capable d’être rapide, de détecter les situations difficiles, et de vous y adapter en un clin d’œil.

Être rapide et capable de s’adapter à n’importe quelle situation, c’est le secret des meilleurs photographes. Où qu’ils soient, ils sont capables de sortir une bonne photo — même si les l’environnement ne joue pas en leur faveur.

Vous apprendrez à être rapide et à vous adapter à toutes les situations.

Mais aussi votre instinct

La technique ne fait pas tout en photographie. Elle est importante, vous en avez besoin, mais vous devez également savoir en sortir, regarder autre chose que vos réglages, et apprendre à écouter votre instinct et vos intuitions.

Dans la rue, votre instinct est votre meilleur allié. Souvent, il a de l’avance sur vous et sur les scènes qui se jouent devant vos yeux. En apprenant à l’écouter et à lui faire confiance, vous serez capable de devancer le présent de quelques secondes — un peu comme si vous prédisiez l’avenir —, juste assez pour réagir et capturer ce fameux instant décisif.

Ecouter votre instinct est également le meilleur moyen de créer des photos qui vous ressemblent, qui se démarquent des milliers de photos manquant d’originalité qu’on voit passer sur les réseaux sociaux, et de découvrir et révéler le photographe et la personne que vous êtes — ce qu’on appelle communément « trouver son style ».

Vous aurez le courage d’être vous-même.

Vous apprendrez comment rendre vos photos intéressantes…

Réussir techniquement ses photos est une chose, créer des photos intéressantes pour le public en est une toute autre.

Au cours de ce workshop, vous découvrirez des ingrédients magiques, faciles à trouver et à exploiter dans la rue, qui transformeront vos photos et les rendront plus intéressantes : comment ajouter de la profondeur à vos photos pour inciter le spectateur à y rentrer, comment ajouter des couches d’abstraction pour laisser libre cours à l’imagination du spectateur, etc.

Vous saurez susciter l’intérêt du spectateur.

Et comment photographier des inconnus dans la rue

L’humain est un sujet intéressant, aussi bien pour le photographe, que pour le public qui découvre une œuvre.

Du point de vue du photographe, l’humain est un sujet d’étude inépuisable. C’est un sujet universel, qu’on retrouve dans les œuvres majeures de toutes les époques.

Du point de vue du spectateur, un sujet humain inclut dans une composition lui permet de s’y projeter — physiquement, mais aussi mentalement. Il pourra s’imaginer prendre la place de votre sujet ; ressentir ce que votre sujet pense, voit ou ressent ; ou prendre part à l’échange qui a eu lieu entre le sujet et le photographe au moment de la prise de vue — le spectateur peut ressentir ce que le photographe a ressenti face au sujet photographié.

L’humain est donc un sujet intéressant, et vous devez apprendre à le photographier, ou plus exactement : avoir le courage de le photographier, car aborder un inconnu dans la rue et le prendre en photo n’est pas si facile que cela.

Au cours de ce workshop, vous apprendrez toutes les techniques et les astuces qui vous permettront de photographier les inconnus dans la rue, soit en tant que spectateur — c’est-à-dire sans que votre sujet ne remarque votre présence —, soit en participant à l’action — en abordant une personne pour réaliser un portrait par exemple.

Vous aurez le courage de photographier les inconnus dans la rue.

Des compétences utiles au quotidien

Même si ce workshop est axé sur la photographie de rue, les compétences que vous acquerrez vous seront utiles dans d’innombrables situations : dans la rue, lors de vos voyages, lorsque vous vous baladez ou explorez un endroit, en famille — être rapide et discret est primordial pour réussir des photos de vos enfants ou petits enfants, si vous en avez, vous savez de quoi je parle ! —, en reportage, lors d’évènements importants, etc.

Vous utiliserez chaque jour ce que vous aurez appris pendant ce workshop — même si la photo de rue n’est pas votre priorité.

 

> Cliquez ici pour découvrir les prochaines dates

 

Objectifs pédagogiques : ce que vous apprendrez en participant à un workshop

1 - Technique : réussir vos photos dans la rue ou en voyage

  • Réussir vos photos quelles que soient les conditions de lumière : en voyage ou dans la vie de tous les jours, on ne peut pas prendre des photos qu’au coucher de soleil, quand la lumière est belle. Il faut souvent faire avec ce qu’on a et être capable de réussir de bonnes photos bien que la lumière ne soit pas parfaite.
  • Savoir s’adapter aux conditions rapidement changeantes de la rue : dans la rue, en seulement quelques pas, vous pouvez passer d’une place ensoleillée à une ruelle étroite et sombre, voire entrer dans un bar à l’ambiance sombre et lugubre. Les conditions de lumières changent très vite et, pour réussir vos photos, vous devez être capable de vous y adapter.
  • Être rapide : vous marchez tranquillement dans la rue, quand soudain, là, juste devant vous, une scène extraordinaire se produit. Si vous mettez plus de trois secondes pour déclencher, c’est trop tard, vous avez raté cette opportunité de photo. Dans la rue, si vous voulez prendre des photos intéressantes, il vous faudra souvent être rapide : sur vos gardes et attentif à votre environnement pour anticiper les évènements et repérer les sujets intéressants, puis déclencher en un éclair pour les immortaliser.
  • Oublier votre matériel et vos réglages : si vous passez votre temps obnubilé par votre appareil photo et ses réglages, beaucoup de sujets intéressants passeront inaperçus devant vous. S’il vous faut trois minutes pour régler votre appareil à chaque fois qu’un sujet se présente devant vous, vous raterez beaucoup d’opportunités — sans compter que si vous êtes en famille ou avec des amis, vos proches en auront vite marre de vous attendre. Pour réussir dans la rue, vous devez passer le moins de temps possible à vous préoccuper de votre matériel et de vos réglages.

2 - Trouver des sujets : quoi et comment photographier

  • Trouver l’inspiration à chacune de vos sorties : est-ce qu’il vous arrive de sortir prendre des photos, mais de rentrer sans avoir déclenché une seule fois ? Ça nous arrive à tous. Dans ce genre de cas, le problème ne vient pas de l’endroit où vous vous trouvez — où que vous soyez, il y a des choses à photographier, je peux vous l’assurer —, mais de vous. Et c’est une bonne nouvelle, car si vous êtes la source du problème, ça veut aussi dire que vous pouvez le corriger. Vous apprendrez comment prendre des photos intéressantes, même quand vous manquez d’inspiration.
  • Trouver des sujets à photographier où que vous soyez : il n’y a qu’en voyage ou lors d’évènements exceptionnels que vous arrivez à prendre beaucoup de photos ? Vous avez l’impression que, dans votre quotidien, la plupart des sujets sont banals et n’intéresseront personne ? Vous vous trompez. Il y a des sujets intéressants tout autour de vous. Lorsque vous aurez appris à les dénicher — en faisant confiance à votre intuition, et en écoutant vos sentiments et votre curiosité —, lorsque vous aurez compris que les sujets les plus banals sont souvent la source de photos extraordinaires, vous trouverez des sujets à photographier où que vous soyez.
  • Exploiter tout le potentiel de vos sujets : en découvrant un sujet, si vous vous arrêtez à la première idée qui traverse votre esprit, vos photos ressembleront à celles de millions d’autres touristes et photographes. Vous devez apprendre à travailler vos sujets, car souvent, votre sujet n’est pas votre sujet. Votre véritable sujet, ce n’est pas ce que vous voyez en découvrant un endroit, un objet ou une personne, mais ce qui se passe entre vous et votre sujet, votre réaction face à ce sujet, ce que vous ressentez — une sorte de réponse invisible, mais qui donnera tout son intérêt à votre photo.

3 - Créer des photos intéressantes : la photo autrement que par la technique

  • L’émotion est plus importante que la technique : un photomaton crée des photos techniquement parfaites — nettes, correctement exposées et bien cadrées —, mais ces photos ont-elles un intérêt artistique ? Absolument pas. Ce qui nous intéresse dans une photo, ce n’est pas sa réussite technique, mais les émotions qu’elle fait naitre, le message qu’elle transmet ou l’ambiance qu’elle retranscrit. Lorsque vous accepterez de lâcher prise, de moins vous préoccuper de la technique, vous pourrez vous concentrer sur l’essentiel : ce que transmet votre photo.
  • Comment créer des images intéressantes : plus une personne passe de temps à regarder vos images, plus elle se projette à l’intérieur de la scène photographiée, plus elle fait fonctionner son imagination, plus elle s’approprie le sujet, et plus elle appréciera et se souviendra de votre travail. Lorsque vous prenez une photo, vous pouvez utiliser certaines techniques pour ajouter de l’intérêt à vos photos — comme lorsqu’un chef ajoute des épices à un plat. Certaines épices sont particulièrement efficaces et utilisées par les plus grands photographes du monde. Vous apprendrez à les reconnaitre, à les utiliser, et à les combiner pour créer des images bien plus intéressantes que celles que vous prenez aujourd’hui.

4 - L’humain : photographier des inconnus dans la rue

  • Avoir le courage de photographier des inconnus dans la rue : l’humain est un sujet intéressant. Pour le photographe, c’est un sujet d’étude inépuisable. Pour le spectateur, c’est un moyen de se projeter physiquement, mais aussi mentalement dans vos images. Vous devez apprendre à le photographier ou, plus exactement, avoir le courage de le photographier, car c’est souvent ça le problème : nous avons peur de photographier des inconnus, souvent à cause de fausses croyances — nous pensons que nous faisons quelque chose de mal, ou que nous embêtons ceux que nous photographions, alors que c’est tout l’inverse : nous leur donnons le sourire et leur faisons du bien.
  • Être spectateur de la rue : si vous êtes spectateur — ou observateur si vous préférez —, vous devez faire en sorte de prendre des photos sans être vu, ou en tout cas le moins possible, au moins jusqu’au moment de déclencher. Vous apprendrez comment devenir invisible, vous rapprocher des gens, et les photographier sans même qu’ils ne s’aperçoivent qu’ils étaient votre sujet. Pour obtenir des photos naturelles et intéressantes, vous ne vous cacherez pas derrière un téléobjectif puissant tel un paparazzi, mais au contraire : vous apprendrez à plonger au cœur de l’action, à photographier vos sujets en vous tenant à quelques centimètres d’eux.
  • Devenir acteur de la rue : en devenant acteur, votre présence influencera ce qu’il se passe dans la rue — si vous abordez quelqu’un pour lui demander de poser pour vous, par exemple, il prendra une pose qu’il n’aurait jamais prise si vous n’étiez pas là. Lorsque vous saurez comment aborder les inconnus dans la rue pour leur proposer de poser pour vous, vous ne serez plus jamais à court de sujets. Vous aurez l’occasion de faire des rencontres interessantes et enrichissantes, où que vous soyez — même dans une ville où vous ne connaissez personne. Mais le plus intéressant, c’est que cette capacité à aller vers les inconnus, à oser aborder et discuter quelqu’un que vous ne connaissez pas, vous servira dans de nombreux domaines de votre vie quotidienne. 

 

> Cliquez ici pour découvrir les prochaines dates

 

Les anciens élèves en parlent...

« Merci beaucoup pour ces chouettes moments de partage, je me sens nourrie et grandie. » — Marie

« Très bien. Nicolas a développé la théorie avant de la mettre en pratique en conditions réelles dans la rue. Ce que j’ai le plus aimé c’est l’application pratique. Nicolas m’a levé des doutes sur les droits à l’image et m’a permis de me libérer de cette contrainte. Après le workshop, je suis retourné dans la rue et j’ai appliqué ses conseils sans plus aucune appréhension et avec un nouvel œil à l’affût des opportunités photographiques du quotidien. » — Stéphane

« Workshop très intéressant. Le format petit groupe permet de pouvoir poser toutes les questions que l’on veut et Nicolas peut y répondre. Le Workshop m’a permis de découvrir une photographie inhabituelle, la photo de rue et de l’humain. C’est très enrichissant. » — Brigitte

« Une approche de Nicolas très subtile et efficace pour nous présenter progressivement une grande partie de ses connaissances. La synergie du groupe a permis de concilier nos attentes personnelles et celles du groupe. Les déambulations lyonnaises nous ont permis un grand nombre de clichés sur des sujets et sur des idées très précises jusqu'au portrait d'inconnus(es). Expérience à vivre et à renouveler. » — Laurent

« Très bien ! Des informations simples, précises et cohérentes. Une ambiance détendue et sympa. J’ai découvert une autre facette de la photographie que je ne connaissais pas vraiment. Lors de reportages de familles ou d'entreprises (cocktails, balades, réunions,...) je passais trop de temps à changer mes réglages. » — Marie

« Merci encore à Nicolas pour sa patience et sa bienveillance. C'était mon 1er workshop photo et je vais en garder un excellent souvenir. » — Véronique

« Une magnifique expérience. J’ai particulièrement aimé l'approche simple, les exercices, les échanges... Le workshop m’a permis d’être plus rapide (réglage). » — Sophie

« Super, beaucoup d'infos précises et simples pour nous aider à nous lancer. J’ai beaucoup aimé la convivialité du stage et les partages. Ce workshop m’a permis de passer au delà du blocage des réglages , rechercher des qualités dans les photos au delà de la prise de vue réelle et idéale. Beaucoup d'humain, de respect, une excellente approche. Merci. »

« Pour moi qui suis débutante, j'ai trouvé ce workshop bien organisé, bien structuré, convivial. Il m'a permis de comprendre comment on pouvait pré-régler son appareil pour un type d'utilisation sans se questionner en permanence. Notion de lâcher prise. » — Myriam

« Une journée étonnante, inattendue, efficace et enthousiasmante. Ce workshop m’a permis ce démystifier la photo de rue, de découvrir des techniques plus simples, de retrouver le goût des photos de rue. » — Thierry-Gabriel

« Très enrichissant. J’ai appris que la technique est importante, mais qu'il faut savoir la relayer au second plan. Il n'y a rien que je n'ai pas aimé… » — Julie

« Tout m'a plu et particulièrement cette alternance entre théorie et pratique, ces exercices ciblés pour illustrer le propos, courts pour permettre un plus large éventail de pratiques différentes. Nicolas tu as été très accessible et disponible aussi pour chacun quelle que soit la difficulté rencontrée. Le rythme m'a bien convenu. Ni marathon, ni flânerie et même nos pauses étaient nourries de ton expérience et de nos partages. Le souci quand ça fonctionne bien, c'est que ça parait toujours trop court. Franchement, ce fut parfait à tous points de vue pour moi. Ce que j’ai appris pendant ce workshop ? Meilleure connaissance de mon appareil photo et amélioration de ma confiance à aller vers l'autre que ce soit comme photographe "spectateur" ou "acteur". L'impression d'être un enfant qui découvre un nouveau jeu et s'émerveille de toutes ses possibilités. Sur le plan plus théorique, petite piqure de rappel quant aux notions d'exposition (top le conseil sur le verrouillage d'exposition), d'histogramme et les tips pour obtenir une photo intéressante (profondeur, abstraction, humain) » — Véronique

« Ce n'était pas mon premier workshop photographique mais c'est à ce jour celui qui m'a fait réellement avancé dans ma pratique photographique. Je m'étais déjà essayé en autodidacte à la photo de rue, sans avoir jamais pu réellement me confronter à la photo de l'Autre. Ce stage m'a permis de franchir le pas. » — Jean-Charles

« Le format et le nombre de participants étaient très motivants. Nicolas nous permet d'aborder la photo simplement. Un parfait moment pour se libérer de blocages. L'humain comme sujet était difficile. Il faut oser et ouvrir l'oeil mais beaucoup de trucs, d'astuces et de partages pour réussir. Merci à Nicolas et aux photographes rencontrés. » — Stéphanie

« Le workshop m’a été très utile car il allie théorie et pratique. Ce que j’ai le plus aimé, c’est la disponibilité de Nicolas, la convivialité dans le groupe et bien sûr les séances de prises de vues rapprochées. »

« Très satisfaisant. J’ai beaucoup aimé l’équilibre entre la théorie, la pratique et l’analyse (feed back) de certains résultats. »

« Globalement, j'ai trouvé ce week-end très intéressant, très instructif, tant d'un point de vue photographique qu'humain. J’ai beaucoup apprécié la progression permettant petit à petit d'aller vers la photo de personnes "à bout portant". En fait, jusque là, quand je faisais des photos de rue, j'essayais de ne pas avoir d'humains. Là, n’étant pas gêné de photographier des gens, j'ai découvert qu'elles, ils sont plutôt belles et beaux. J'ai bien aimé à aller chercher des attitudes, des sentiments, à rechercher des moments cocasses. J’ai aujourd’hui moins de ressentiment à photographier à la sauvette ou apostropher le passant.e pour lui demander de le.a photographier. J'ai redécouvert la beauté des gens ! » — Marc

« Workshop très instructif, libérateur. Ce que j’ai le plus aimé, c’est le lâcher prise, le partage de connaissances, d'expériences, la convivialité, le détachement de la technique. Ce fut un workshop agréable et très instructif. » — Valérie

 

> Cliquez ici pour découvrir les prochaines dates

 

Questions fréquentes

Comment ça se passe après mon inscription ?

Dès votre paiement finalisé, votre place est réservée.Quelques semaines avant votre workshop, je vous recontacterai pour vous donner tous les détails dont vous avez besoin et notamment l’endroit exact de notre rendez-vous.

J’ai beaucoup de matériel. Lequel utiliser pour le workshop ?

N’importe quel appareil photo peut faire l’affaire : compact, hybride ou reflex, peu importe. Par contre, si vous avez plusieurs appareils et objectifs, évitez de tout amener sur le terrain. Le matériel pèse lourd et vous gênera plus qu’autre chose. Venez avec un seul boitier et un seul objectif.

Si vous en avez un, choisissez un objectif à focale fixe dont la focale est comprise entre 35mm et 50mm. Si vous n’avez que des objectifs zoom, choisissez-en un dont la plage focale se rapproche le plus possible de celle recommandée pour les focales fixes (35-55mm). Un 24-70mm par exemple fera l’affaire. Et si vous n’avez pas de tout ça, venez avec ce que vous avez.

Confirmation ou annulation d’un stage

Je ferai tout pour l’éviter, mais je me réserve le droit d’annuler un stage si un nombre minimum de participants n’est pas inscrit. Cette annulation pourra avoir lieu jusqu’à 30 jours avant la date prévue de votre workshop.

Si vous devez réserver un hôtel ou un billet de train/avion, mieux vaut les prendre avec une option annulation.

En cas d’annulation ou de modification de la date d’un stage, vous serrez intégralement remboursé si vous ne pouvez pas y participer. Idem si un évènement quelconque me force à l'annuler (retour à un confinement par exemple)

Garantie annulation

Aucune inscription à un stage ne pourra être remboursée. Ni avant, ni après le déroulement du stage. (Sauf s’il s’agit d’une annulation ou d’une modification de la part de l’organisateur, voir question précédente à ce sujet).

Je sais que des imprévus peuvent survenir mais, lorsque j’organise un stage, je dois moi aussi me déplacer et m’organiser pour être sur place. Je ne peux pas prendre le risque que plusieurs annulations me mettent en difficulté ni ne viennent impacter les autres participants auxquels j’aurais déjà confirmé le stage.

Vous pouvez par contre me contacter et me dire que vous souhaiteriez annuler. Je ferai alors mon possible pour vous trouver un remplaçant et vous rembourser, ou vous proposer une solution alternative, mais aucune garantie, surtout si c’est à la dernière minute.

 

> Cliquez ici pour découvrir les prochaines dates